iran tanker

Vous prenez la route le 4 juillet ? Voici 4 raisons pour lesquelles vous paierez plus quand vous ferez le plein.

Votre voyage d’été en voiture ne sera pas aussi bon marché que vous le pensiez.

Jour de l’Indépendance

À l’approche du Jour de l’Indépendance, le prix de l’essence augmente. Il s’agit d’un revirement inattendu pour le carburant, dont on s’attendait à ce que le coût diminue régulièrement après avoir atteint un sommet de 2,89 $ au début de mai.

Le prix national moyen de l’essence s’établissait à 2,73 $ le gallon mardi, en hausse de 6 cents par rapport à la semaine précédente, selon l’AAA.

Les prix ont bondi d’au moins un nickel dans près de 25 États au cours de la dernière semaine de juin. Le plus haut du pays mardi était la Californie à 3,77 $, tandis que le plus bas était le Mississippi à 2,34 $.

Certes, le prix moyen national est encore bien en deçà de son sommet historique de 4,11 $ le 17 juillet 2008.

La moyenne nationale « pourrait atteindre 2,80 $ » dans les prochains jours, prédit Patrick DeHaan, responsable de l’analyse pétrolière chez GasBuddy.

C’est le meilleur moment pour faire le plein : Pourquoi faire le plein d’essence le lundi matin (et jamais le vendredi après-midi)

Prix de l’essence en été : Ne faites pas le plein dans ces états pendant votre voyage en voiture.

Plusieurs facteurs semblent faire grimper les prix à un moment où ils sont habituellement stables ou en baisse :

1. Iran

« Les choses s’annonçaient bien, puis l’Iran est arrivé et le déclin a freiné et les prix du pétrole ont commencé à aller dans la direction opposée « , a dit M. DeHaan.

Les attaques de l’Iran contre deux pétroliers et l’écrasement d’un drone américain ont fait craindre que le flux de pétrole dans la région ne soit restreint, en particulier dans le détroit d’Ormuz, qui gère environ 20 % de l’approvisionnement mondial en pétrole.
DOSSIER – En ce jeudi 13 juin 2019 dossier photo, un pétrolier est en feu dans la mer d’Oman. Une série d’attaques contre des pétroliers près du golfe Persique a exacerbé les tensions entre les États-Unis et l’Iran et suscité des craintes quant à la sécurité de l’une des routes commerciales les plus importantes de l’Asie, où environ un cinquième du pétrole mondial passe par son point le plus étroit dans le détroit d’Hormuz. Les attaques ont secoué l’industrie du transport maritime, de nombreux opérateurs de la région étant en état d’alerte.

L’Iran et les États-Unis se sont disputés au sujet d’un accord nucléaire que le président Donald Trump a jugé insuffisant.

« Le problème, c’est qu’ils se lancent peut-être dans des provocations avec des pétroliers ou même avec les pays eux-mêmes « , a dit M. DeHaan.

2. Coupes de l’OPEP

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole, un cartel qui coordonne les actions visant à influencer le marché du pétrole, a prolongé lundi les réductions de la production de pétrole qui visaient à soutenir les prix.

Avec moins de pétrole arrivant sur le marché, les prix sont naturellement soumis à une pression à la hausse.

3. Négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine

Les responsables chinois et américains ont signalé ces derniers jours qu’ils avaient fait des progrès dans leurs efforts pour résoudre une guerre commerciale qui remonte au début de l’administration Trump.

Selon les analystes de JBC Energy, cela pourrait stimuler l’économie des deux pays, ce qui ferait augmenter la demande de pétrole et donc les prix.

4. Chauffeurs américains

Tout simplement, les Américains sont ravis de conduire pour le 4 juillet.

AAA prévoyait que le nombre d’Américains voyageant pour les vacances atteindrait un record historique de près de 49 millions.
DOSSIER – En ce mercredi 6 mai 2015, dossier photo, les voitures s’alignent comme un préposé aux pompes à essence à une station-service à Portland, Ore. Avec plus d’argent dans leurs poches grâce à la baisse du prix de l’essence et à l’amélioration du marché du travail, AAA s’attend à ce que plus de 37 millions d’Américains voyagent pour le Memorial Day, un record depuis 2005.

Cela se traduit par une augmentation de la demande d’essence et donc des prix plus élevés.

Le mois dernier, les stocks pétroliers américains ont atteint leur plus bas niveau en quatre ans pour le mois de juin, selon l’Energy Information Administration.